Pour l’autogestion !

lundi 30 janvier 2012, par CAC 91

Pour l’autogestion !

Comité action chômage 91 (25.01.12)

Argumentaire :

S’il est nécessaire de rappeler la précarité et le chômage, nous ne saurions oublier qu’ils n’iront qu’en augmentant, dans les services publiques et le privé. Rien n’a fondamentalement changé dans le fonctionnement : le système emploie d’avantage de précaires et apprend surtout à se plier aux dites "logiques du marché".... ni plus, ni moins opaque qu’auparavant. Pas de bouleversement dans les instances décisionnelles, ni dans son mode de fonctionnement et, si changement nous voulions noter, pourrions-nous dire que la voie empruntée n’est évidemment pas celle de la démocratie ; même la "cogestion" avec les "partenaires sociaux" n’y vit plus ses heures de gloire.

L’isolement des chômeurs et précaires, la difficulté de les contacter, de les informer et de les mobiliser est le principal argument avancé par le CAC 91 pour justifier de la participation de notre groupe au Comité de Liaison Pôle Emploi au sein d’une instance absolument pas cogestionnaire car uniquement consultative. Le peu de décisions qui y sont prises ne se décident avec nous et pour nous ; moins avec ou pour les travailleurs et les travailleuses puisque certains syndicats « représentatifs » y sont présents.

De plus nous avons décidé de travailler avec d’autres organisations de chômeurs et précaires autogestionnaires comme AC ! Ou autre lorsque les contacts de lutte peuvent être établis.

Par exemple, nous avons obtenu des panneaux d’affichage dans chaque agence donnant les noms et contacts des différents groupes avec possibilité de présenter un tract de chaque association, lien essentiel avec les chômeurs. Les contacts directs avec les responsables locaux facilitent la résolution des problèmes individuels lors de demandes particulières. Des négociations sont en cours sur les causes de radiations et la formulation des lettres de correspondance.

Même si les choses n’avancent pas aussi vite que nous le voudrions, les contacts avec le personnel Pôle Emploi se passe bien disons intelligemment, à noter l’absence de représentants que l’on qualifiera d’ultra intransigeants.

Cette participation ne fut pas annoncée précédemment surtout à cause de la faiblesse du mouvement de chômeurs et précaires. Nous joignons le tract diffusé lors des intrusions dans les agences les 16 et 17 janvier.

S’il existe des objections et des avis de quelques camarades, la participation à diverses instances est un fait dans le privé, et commence chez les territoriaux. Nous déplorons par ailleurs l’attitude de certains à refuser toute tolérance, sur ce sujet, crucial.

Le refus de respecter des décisions de syndicat ou groupe de syndiqués constitue une épreuve de force antifraternelle et fait parti des moyens d’action du pouvoir, pas des nôtres.

Motion [pour un éventuelle congrès de comités de chômeurs] :

Nous demandons la suspension d’aucun Syndicat pour non-participation à la fraternité des luttes.