La CNT 66 communique. Soutien aux mineurs espagnols.

vendredi 13 juillet 2012, par CNT-f

Communiqué de la CNT 66

Soutien aux mineurs espagnols

CONFEDERATION NATIONALE du TRAVAIL
Union des syndicats CNT 66
HLM St Mathieu cour F - 39 rue des rois de Majorque
BP 90256 Perpignan Cedex 66002
Tel : 04 68 34 33 31 - 09 50 82 59 90 Permanence le Mercredi 15 à 19h
cnt66@cnt-f.org cnt-f.org/cnt66

Perpignan le : 13 juillet 2012

Communiqué de la CNT 66

Soutien aux mineurs espagnols :

Les mineurs espagnols des Asturies ont montré, à différents moments de l’histoire (1934/1962/1987), qu’ils ne se laissaient pas faire, qu’ils n’acceptaient pas facilement les conditions de travail imposées par le patronat ou les fermetures des puits programmées par les représentants des marchés au niveau de l’Europe. Ils refusent de se retrouver eux et leurs familles dans la misère. Aujourd’hui encore, en 2012, ce sont eux qui montrent la voie de la révolte en se dressant pour refuser de payer cette crise dont ils ne sont pas responsables (pas plus que le reste des classes populaires) ; ils s’y opposent frontalement, avec le soutien de la population et des autres travailleurs, comme l’a démontré la grandiose manifestation de soutien mercredi dernier à Madrid .

Une fois de plus les forces répressives ont démontré leur brutalité (76 blessés et des dizaines d’arrestations).

Nous condamnons cette répression aveugle et nous encourageons les mineurs dans leur lutte en espérant que par dignité le reste de la classe ouvrière espagnole suivra leur exemple.

L’exemple des mineurs espagnols qui montrent la voie de la lutte contre les dictats de Bruxelles.

Les mineurs espagnols des Asturies ont montré, à différents moments de l’histoire (1934/1962/1987), qu’ils ne se laissaient pas faire, qu’ils n’acceptaient pas facilement les conditions de travail imposées par le patronat ou les fermetures des puits programmées par les représentants des marchés au niveau de l’Europe. Ils refusent de se retrouver eux et leurs familles dans la misère.

Aujourd’hui encore, en 2012, ce sont eux qui montrent la voie de la révolte en se dressant pour refuser de payer cette crise dont ils ne sont pas responsables (pas plus que le reste des classes populaires) ; ils s’y opposent frontalement, avec le soutien de la population et des autres travailleur(euses), comme la démontré la grandiose manifestation de soutien hier mercredi à Madrid .
Malheureusement une fois de plus les forces répressives ont tenu à démontrer leur brutalité à l’encontre des manifestants (76 blessés et des dizaines d’arrestations).

Nous condamnons cette répression aveugle, nous encourageons les mineurs dans leur lutte et nous espérons que par dignité le reste de la classe ouvrière espagnole suivra leur exemple.