Brève du 27.10.12 sur les grévistes d’Afrique du Sud et leurs syndicat, l’ANC et le PC

samedi 27 octobre 2012, par frank

Brève du 27.10.12 sur les grévistes d’Afrique du Sud et leurs syndicat, l’ANC et le PC

Aujourd’hui il y a eu un grand meeting près de Johannesburg dans un stade à Rustenbug avec comme orateurs : le secrétaire général du PC celui de l’ANC et Zwelinzima Vavi secrétaire général de la Cosatu (Congress of South African Trade Unions, Congrès des syndicats sud-africains du Congrès des syndicats sud-africains).

Ce dernier a déclaré qu’il fallait revoir tous les salaires minimum et que "les perceurs de rochers doivent être bien payés [car] leur travail est exigeant et ils doivent être récompensés. "

Il aussi souligné "Nous voulons être unis. Oublions ceux qui nous ont attaqués ce matin, ils nous tueront un jour et le regretteront le lendemain." Vavi a expliqué qu’un groupe de mineurs mécontents a tenté d’empêcher le meeting de se tenir, car il est trompé par des gens ayant des ambitions politiques.

Sur ce sujet l’ex secrétaire général du PC a dit : "Ce que j’ai vu est un acte extrême de provocation, la police a bien fait de les disperser." [Mauvaise mémoire ce marxiste, il aurait pu signaler que c’est le 56 anniversaire de l’intervention de l’armée soviétiques (4 novembre) contre les « voyou, les fascistes » en Hongrie entre le 23 octobre et le 10 novembre 1956]

Quant à ce groupe, entre 300 et 1.500 selon la presse sud-africaine, il portait des t-shirts noir avec devant "Campagne de soutien à Marikana" et dans le dos "En avant pour un salaire permettant de vivre de 12.500 rand [1.118 euros]". Et ils ont voulu stopper un minibus avec des membres de la Cosatu, qui ne s’est pas arrêté et ils l’ont caillassé jusqu’à l’intervention des flics.

Ces mêmes grévistes ont aussi protesté contre l’annonce du syndicat NUM, National Union of Mineworkers, Syndicat national des mineurs, annonçant qu’il avait conclu un accord avec Amplat (Anglo American Platinum, multinationale anglo-nord américaine) pour embaucher 12.000 travailleurs licenciés pour fait de grève sauvage en août 2012.

Un gréviste, Lerebolo, a déclaré : "Nous n’en savons rien. Nous n’avons pas été consulté, nous ne l’avons entendu qu’à la radio". Lerebolo porte un poster "NUM we are tired of you [NUM tu nous fatigues]". Et il a ajouté "Nous n’allons pas travailler tant que nos revendications ne seront pas satisfaites".