Bookchin et le spectre de l’anarcho-syndicalisme

dimanche 3 mai 2015, par Bance Pierre

La personnalité et les zig zags de la pensée de Murray Bookchin sont complexes.

Je renvoie l’approfondissement de ses deux aspects à une franche évocation d’un de ses ex disciples, avec la belle traduction en castillan.

Je n’ai pas jugé utile de traduire ce texte en français.

L’autoritarisme latent de Murray Bookchin me donne la nausée.

je reconnais, parmi ses multiples positions, des aspects très positifs :

- la critique du marxisme (léninisme, pas tellement intériorisée par Murray).

- Un anti syndicalisme aussi irrationalisme que celui de l’ex léniniste méxicain Munis. Alors que Murray et Munis se sont formé dans deux sociétés entraînant misère et indigence parmi les salariés et précarisés sur plusieurs générations.

- Un travers dans lequel on tombe parfois.

il est parfois Il est toujours difficile d’interpréter des théories et fort aisé de ne pas voir des traits contradictoire au quotidien. Un état d’esprit d’universitaires bourgeois, dont bien des socialistes ont été imbibés, enivré.

Karl Marx et ses multiples citations littéraires dans le Capital (inachevé), ses positions sur la révocation des mandatés par l’assemblée générale en 1871 et ses vulgaires manipulations verticalistes en 1872 dans l’AIT, n’est-t’il un exemple dérisoire de nombrilisme altier ?

Murray a, donc, été bien accompagné, pour une partie de ses cogitations.

Being a Bookchinite
http://www.fondation-besnard.org/spip.php?article834

Ser un Bookchinita
http://www.fondation-besnard.org/spip.php?article833

Frank, 03.05.15.

Documents joints