Pensées anarchistes sur l’anarchisme

vendredi 27 novembre 2015, par Landauer Gustav

Landauer, sans tenir compte des pogroms en action en Russie ni des génocides coloniaux ni de ceux des temps plus éloignés, écrit en 1901 :

"Qui réveille à la vie, à la vie individuelle, le monde perdu en lui
 ; qui se sent comme un rayon du monde, et non pas comme étranger au monde : celui-là vient, il ne sait pas d’où ; celui-là va, il ne sait pas où ; son rapport au monde sera un rapport à soi, et il aimera le monde comme lui-même. Ces hommes régénérés vivront entre eux, parce qu’ils se sentiront faire partie d’un seul et même tout. Là sera l’anarchie. Certes, c’est un but encore lointain."

Bien des tolstoïens ont fait des grèves de la faim dans les camps de concentration créés par Lénine. Et les tchékistes ("un bon communiste est en même temps un bon tchékiste" a écrit le socialiste scientifique Lénine) riaient en les voyant mourir (témoignage recueillis par Soljénitsine dans le tome I de"L’archipel du goulag").

Les tolstoïens dans le goulag n’ont plus fait de grève. Qu’ont-ils fait par la suite "ces hommes régénérés" par une pensée proche de celle de Landauer ? Je ne le sais pas.

Il n’y a plus que 5 millions d’enfants qui meurt chaque année indique les rapports de la FAO en comparant avec le passé.

Mais avec la pollution actuelle, ce chiffre diminue-t-il encore ?

J’ai des doutes.

On peut réagir comme les tchékistes, comme les bons communistes, comme les assassins, en riant encore et toujours.

Ou on peux faire comme les fonctionnaires de la FAO : préparer les prochaines statistiques.

J’ai des doutes.

Ce dont je ne doute pas, c’est que face aux réalités génocidaires, je me sens loin des rires et des statistiques.

Frank, 27.11.15.

Documents joints