Solidarité totale avec les ouvriers des chantiers navals d’Alexandrie ! Non… au jugement militaire des travailleurs !

mardi 16 août 2016

C’est aujourd’hui !

Mais la solidarité c’est maintenant et ensuite !

Frank 16.08.16


Solidarité totale avec les ouvriers des chantiers navals d’Alexandrie !

Non… au jugement militaire des travailleurs !

26 ouvriers de la Compagnie des chantiers navals d’Alexandrie sont actuellement détenus dans l’attente de leur jugement par la justice militaire le 16 août prochain sous les chefs d’inculpation de s’être abstenus de travailler et d’avoir incité à la grève. L’instruction de ce procès ne présente pas les mêmes garanties que durant les procès civils en Egypte.

Pourtant, ces ouvriers détenus depuis le 24 mai dernier n’ont commis aucun délit militaire. Les faits qui ont motivé leur détention sont liés à leur protestation pacifique et à la grève qu’ils ont enclenchées pour revendiquer la hausse des salaires, l’évolution des techniques de production ainsi que l’augmentation de la production, des embauches et des mesures de prévention et de protection des risques professionnels et notamment des brûlures.

La Compagnie des chantiers navals d’Alexandrie ne peut être considérée comme un établissement militaire et ses salariés ne sont pas des militaires mais bien des civils qui travaillent dans l’entreprise depuis les années où elle faisait partie des entreprises du secteur public civil. Ces travailleurs sont donc bien soumis au Code du travail civil.

Cependant une évolution récente a modifié la propriété de l’entreprise, celle-ci devenant la propriété de l’Organisme des industries et des services maritimes qui dépend de l’armée. Le site a donc été intégré à une zone militaire, tous les faits s’y déroulant devenant de la compétence des tribunaux militaires, selon la loi militaire.

Le jugement militaire de ces travailleurs est une violation claire et nette des traités internationaux qui garantissent le droit des travailleurs à la protestation pacifique, à la liberté d’expression et au droit à la négociation collective visant à satisfaire leurs revendications légitimes d’un salaire juste et de conditions de travail convenables. Les signataires de cette pétition :

• demandent l’arrêt du jugement militaire des travailleurs et leur jugement par des tribunaux civils au cas où des infractions exigeraient leur jugement

• demandent la satisfaction des revendications légitimes d’amélioration des conditions de travail qui ont motivé leur action

• soutiennent les revendications portant sur la réouverture de l’établissement et son redémarrage, la direction de la compagnie ayant fermé l’entreprise en violation de la loi, ce qui a eu pour conséquence de « renvoyer à la maison » près de 1500 salariés de l’entreprise avec un revenu minimum dans l’attente du sort de l’entreprise

• avertissent que la poursuite des mesures arbitraires à l’encontre des travailleurs et notamment des travailleurs civils travaillant dans les chantiers gérés par l’armée est la porte ouverte à la militarisation des rapports de travail et à la recrudescence du travail obligatoire

• appellent les autorités à libérer immédiatement les travailleurs inculpés et l’arrêt du jugement des travailleurs et des civils par des cours martiales.


Liberté pour les ouvriers des chantiers navals d’Alexandrie !