M. Macron et la culture

lundi 27 février 2017, par Luneau Jean-Marc

M. Macron et la culture

M Macron a déclaré dans une assemblée à Lyon que : "il n’y a d’ailleurs pas une culture française, il y a une culture en France, elle est diverse, elle est multiple".

Je ne veux pas discuter du bien fondé de cette phrase en terme politique ou philosophique. Ce qui m’intéresse c’est de montrer que ceux que certains nomment les élites, dont M. Macron est censé faire partie, même si on remarque que le parcours étudiant de l’homme est moins archi-brillant qu’il veut le faire croire, tiennent des propos qui n’ont aucun sens. Des propos qui n’ont aucun sens et qui cependant voudraient faire croire, comme M Macron essaie de faire croire à son génie, une grande subtilité de pensée.

Il n’y a pas une culture française mais une culture en France ! Houlala ! Cela rappelle la formule subtile d’un ancien ministre qui brocardait la culture pour tous au profit de la culture pour chacun ! Et vlan, comment laisser supposer une interrogation qui flirte avec les sommets les plus élevés de la pensée ! Qu’est-ce à dire ? S’il n’y a qu’une culture en France, on voit mal comment elle pourrait ne pas être française, sauf à dire, ce qui pourrait être, qu’elle est américaine. Il y a effectivement alors une et une seule culture en France, et elle n’est pas française, mais américaine. Exit le génie de la nation. Nous sommes un agrégat de personnes, et non des citoyens, colonisé. Ce qui au dire du même Macron est un crime contre l’humanité.

Mais ce n’est pas ce que dit Macron. Il avance qu’il y a une seule culture, mais diverse et multiple. Il faut maitriser magistralement la langue, ou revenir au fondement trinitaire du Christianisme, pour oser pareil oxymore : le un multiple. Comment sortir de cet imbroglio. Soit on entend qu’il y a plusieurs cultures. Peut-être des cultures paysannes, régionales, sportives, musicales, ouvrières, bourgeoise, élitistes, populaires, elles-mêmes divisibles en sous-cultures et bien évidemment car c’est au fond autour de cela que tourne le propos, des cultures religieuses.

Alors force est de conclure qu’il y a en France plusieurs cultures. Soit. C’est peut-être discutable mais le propos est cohérent. La France est un territoire sur lequel on rencontre plusieurs cultures relativement irréconciliables. Mais non, dit M. Macron, il n’y en a qu’une. Cela suppose alors que ces diverses cultures sont les sous ensembles d’un ensemble plus grand, donc d’une culture qui appartiendrait bien à ce moment-là en tant que telle, à un groupe humain qui ici serait "les Français". Donc une culture française.

Je ne vois pas comment sortir de cette labyrinthique pensée qui n’a d’autre but, en faisant croire en une élévation magistrale du raisonnement, de ménager la chèvre et le chou pour ratisser le plus d’adhésions possibles en satisfaisant les tenants de la culture une et indivisible et ceux des particularismes. C’est ainsi que l’on raisonnait à la cour du roi Pétaud. (*)

(*) C’est une agréable pétaudière où chacun est trop occupé et préoccupé des effets de son éloquence pour attacher beaucoup d’attention. (Alfred Delvau, Les Heures parisiennes, 1865).

Jean Marc Luneau