Pierre Archinov

Pierre Archinov

dimanche 24 juillet 2005

Courte note traduite du russe avec quelques additifis (entre crochets)

Pierre Archinov

Célèbre militant du mouvement russe anarchististe d’internationaux.

JPEG - 32.5 ko
P. Archinov

Née en 1887 [Piotr Andrievich Marin (Archinov)] dans le villade d’Andreivka, province de Nisnelomov, dans une famille d’ouvriers. Il a participé au mouvement révolutionnaire de 1904. En 1905 il était serrurier dans un atelier de chemin de fer dans la ville de Kizilarbat, membre de RSDPR (Bolchevique), rédacteur du journal démocratique social Molot (le marteau). En 1906, pour échapper à la poursuite de police, il alla à Ekaterinoslav et se rapprocha des anarchistes.

Travaillant dans l’usine Shoduar, il organisa des actes des terroristes contre les représentants des
pouvoirs municipaux et policiers. Le 22-23 décembre 1906, avec des anarchistes il fit un attentat dans le commissariats de police d’Amur - de Nisnedneprovsk. Le 7 mars 1907 il exécuta Vasilenko, chef de l’atelier de chemins de fer de la ville d’Alexandrovska, province d’Ekaterinoslav, pour avoir dénoncé plus de 100 travailleurs [une partie fut fusillée et une autre condamné à des années de bagne ], qui avaient pris part à l’insurrection armée de décembre 1905. Arrêté le 9 mars 1907, il futé condamné par un tribunal militaire à la peine de décès par pendaison. Dans la nuit du 22 avril 1907, avec un groupe de prisonniers, il s’échappa de la cellule et émigra vite en France. Retourné en Russie en 1909, en automne il est arrêté pour propagande anarchiste parmi les travailleurs de Briansk. Il s’évade de la prison avant le jugement, et passe à la clandestinité pour faire de la propagande parmi les travailleurs et les paysans des provinces de Kostrom et de Smolensk. En mai- juillet 1910, avec desanarchistes il prit part à une expropriation dans un entrepôt de vin de l’État dans le village de Filopovo, province de Kostrom, ainsi que dans celui de Stepanovo-Silino, province de Smolensk, en attaquant la poste de la ville de Sudislav, province de Kostrom. En août 1910 il alla en Autriche pour chercher des armes et de la propagande ; en retournant en septembre il fut arrêté par les autorités autrichiennes et déféré aux autorités russes en mai 1911. À partir du 25 juin 1911, sous le nom de F. I Mijailski, il passe en jugement à Moscou avec un groupe de 36 personnes. En octobre 1911 il fut condamné par le tribunal de Moscou à 20 ans de bagne. La sentence fut appliquée dans la section bagne de la prison de Boutiski [où il connut Makhno] (libéré par les révolutionnaires le premier mars 1917).

Après sa libération il devient un des fondateurs et le secrétaire de la fédération des groupes anarchistes de Moscou, secrétaire de l’union pour la propagande de Moscou, organisateur des éditions Golos Truda et du périodique Anarjia (à partir du 19 septembre 1917). A pris part la conférence des groupes anarchistes de Moscou (juin 1918).

Il prit part a la guerre civile en Ukraine. En 1918 il était rédacteur du périodique Golos Anarjista à Donbas, d’avril 1919 à août 1921 il a été un des compagnons de lutte les plus proches de Nestor Makhno dans la zone du mouvement des paysans insurgés. Dans le mouvement makhnoviste il s’est occupé du département de la culture, il a pris part à l’édition du périodique Put k svobode [chemin vers la liberté ] (1919, Guliay-Polie). Avec Voline, il anima la conférence de l’organisation des groupes
anarchistes de Nabat (1918-21 ukrainienne), en ayant un rôle prépondérant dans la direction politique du mouvement makhnoviste. Il a été un des rédacteurs de Nabat et de Golos majnovitsa (Kharkov, 1920).

Après la défaite des makhnovistes (1921) il émigra, en prenant part aux différentes éditions de l’émigration anarchiste (la revue Delo Truda, organe des anarcho-communistes russes, Paris, 1925-1929, à partir de 1930 à Chicago), il étudia les problèmes de la théorie anarchiste et publia des commentaires sur les événements de l’URSS. Avec Makhno et d’autres compagnons anarchistes il a pris part à la Plate-forme qui a reçu des fortes critiques de la majorité des anarchistes.

[ Alexandre Skirda, le meilleur connaisseur actuel du mouvement écrit : « Découragé par les polémiques continuelles et la situation dépressive du mouvement anarchiste, il [Archinov ] a avait pris contact avec Sergo Ordjonikidzé, à ce moment proche de Staline et tout-puissant [.. ] qu’il avait connu personnellement une vingtaine d’années auparavant lorsqu’ils partageaient la même cellule en prison [... ] Ordjonikidzé lui avait promis de l’aider à rentrer au pays, mais, évidemment, avec des conditions politiques précises : il lui fallait renier toutes ses critiques du bolchevisme et couper avec le mouvement anarchiste [... Archinov publia deux
brochures anti anarchistes : Аnarjizm i dikatura proletariata [l’anarchisme et la dictature du prolétariat] Paris, 1931, et Anarjizm i v nashe vreme [l’anarchisme à notre époque] Paris, 1933] Skirda Autonomie individuelle et force collective (les anarchistes et l’organisation de Proudhon à nos jours), 1987., p. 185,]

En 1935 il publia l’article "Fiasco de l’anarchisme" dans les Izvestia (30 juin 1935), où il rompt avec l’anarchisme. Il est retourné en Union Soviétique et subit rapidement la répression. Une des versions de la rupture d’Archinov avec l’anarchisme, est que c’était la condition pour recevoir l’autorisation de retourner à l’URSS, afin de créer des groupes clandestins anarchistes. Peu après son retour il a été arrêté et est mort déporté. [Skirda - o. c p 186 - indique qu’il a été fusillé à Moscou en 1937, pour avoir voulu "restaurer l’anarchisme en Russie soviétique" ]

Sources :

[portail russe de www.rubricon.com (gratuit il y a quelques années)]

История махновского движения (1918-21), Берлин, 1923 [Histoire du mouvement makhnovistea (1918-21), Berlin, 1923].

Два побега (из воспоминаний анархиста 1906-09 гг.), Париж, 1929 [Deux évasions (extraits de mémoires d’un anarchiste 1906-1909), Paris, 1929].