Déclaration du Comité de solidarité ( Free "Crimean hostages" - Sentsov and Kolchenko ) avec les otages de Crimée sur la grève de la faim des prisonniers ukrainiens du Kremlin

jeudi 17 mai 2018, par frank

L’ami et bailleur de fonds des dirigeants politiques J.-L. Mélanchon et M. Le Pen, le camarade ex tchékiste Vladimir Poutine admirateur des valeurs chrétiennes (comme Trump, l’ami de Macron, ni droite ni gauche) nous montre comment il les appliquent :

D’abord, en gouvernant à coups de pot-de-vin et avec des maffieux (comme le pape, mais sans pédérastes) :

Ensuite, en imposant aux citoyens la joie des jeux truqués (avec ou sans foot) et le silence avec ses nervis ;

Enfin, en donnant du travail aux gardiens de prison.

Vive la Bible et la Tchéka !

Frank, 17.05.18

Déclaration du Comité de solidarité ( Free "Crimean hostages" - Sentsov and Kolchenko ) avec les otages de Crimée sur la grève de la faim des prisonniers ukrainiens du Kremlin

Le 14 mai 2018, le réalisateur ukrainien Oleg Sentsov, condamné en Russie à 20 ans de colonie à régime sévère sous l’accusation absurde de « création d’une organisation terroriste » et de « planification d’attentats », a entamé une grève de la faim pour exiger la libération de tous les prisonniers politiques ukrainiens détenus par la Fédération de Russie. Sa décision est catégorique, et il ne reculera pas avant d’avoir obtenu satisfaction.

Les « arrestations » illégales, en mai 2014, du cinéaste et écrivain Oleg Sentsov, militant du mouvement « Automaïdan », et de l’activiste anarchiste Alexandre Koltchenko, qui protestait lui aussi contre l’occupation de la Crimée, ont été le premier maillon de la chaîne de répressions que les structures de force de la Fédération de Russie continuent de forger à ce jour : aujourd’hui, au moins 64 citoyens ukrainiens sont détenus pour des raisons exclusivement politiques dans des colonies et des maisons d’arrêt situées sur les territoires de la Russie et de la Crimée.

Depuis son transfèrement à la colonie de régime sévère N°8 « Belyï Medved » de la ville de Labytnangui (district autonome de Iamalo-Nénetsie, Arctique, Russie), la santé de Sentsov décline inexorablement. Sa maladie cardiaque chronique et ses rhumatismes se sont aggravés. Dans ces conditions, la grève de la faim met sa vie en danger.

Rappelons également qu’un autre prisonnier ukrainien du Kremlin originaire de Crimée, Volodimir Baloukh, est en grève de la faim depuis le 19 mars 2018 pour protester contre sa condamnation absurde sous une accusation montée de toutes pièces. Selon ses propres mots, il exprime de cette façon son « mépris personnel à l’égard du régime d’occupation ».

La grève de la faim est une mesure extrême à laquelle ont recours des individus prêts à mettre leur propre vie en jeu pour résister à l’injustice. A partir du moment où cette décision est prise, le compte à rebours est lancé : il peut durer des semaines, des jours, parfois seulement quelques heures.

C’est pourquoi :

1. Nous appelons la communauté internationale et tous ceux qui sont en capacité d’influer sur le processus de libération des prisonniers politiques ukrainiens du Kremlin à y consacrer sans tarder tous les efforts possibles, à tous les niveaux, en mettant en œuvre tous les moyens de pression sur la Russie dont ils disposent.

2. Nous exigeons des autorités ukrainiennes qu’elles prennent immédiatement toutes les mesures possibles pour obtenir la libération des prisonniers politiques ukrainiens, et qu’elles le fassent de façon transparente, en informant la société ukrainienne et la communauté internationale de leurs actions.

3. Nous appelons tous ceux qui ont à cœur la liberté et la justice, tous ceux qui ne sont pas indifférents au sort d’Oleg Sentsov, d’Alexandre Koltchenko, de Vladimir Baloukh et des autres prisonniers politiques ukrainiens, à manifester devant les représentations de la Fédération de Russie et dans les rues de leurs villes pour exprimer leur solidarité avec eux et protester contre leur détention illégale, et à diffuser autant que possible les informations relatives aux grèves de la faim d’Oleg Sentsov et de Volodimir Baloukh, dont la santé et la vie sont en danger.

En se mettant en grève de la faim, les prisonniers politiques ukrainiens du Kremlin montrent que les répressions menées par les autorités russes doivent prendre fin et que leurs victimes doivent être libérées immédiatement. Ne permettons pas qu’ils le paient de leur vie.

Comité de solidarité avec les otages de Crimée
solidarityUA@gmail.com
https://www.facebook.com/solidarityuainfo/
https://www.facebook.com/solidarityuainfoen/