Un petit mot pour vous dire (Sur la NUEVE dans la libération de Paris)

lundi 17 août 2020, par frank, Pavlowski Agnès

Un petit mot pour vous dire (Sur la NUEVE dans la libération de Paris)

Il n’est jamais facile et agréable de parler d’une scission qui, comme beaucoup d’autres, apparaît comme dérisoire et stupide pour l’évocation de la mémoire de la NUEVE : compagnie 9 d’antifascistes espagnols, pour la plupart anarchosyndicalistes, qui ont tous combattu le fascisme catholique espagnol, le fascisme de Benito Mussolini et le fascisme d’Adolf Hitler. Pour presque tous les combattants de la NUEVE, la lutte a commencé en 1936 et sa fini en 1945 en Allemagne dans le manoir d’Hitler dans les Alpes (Berchtesgaden).

La Nueve est arrivée à Paris le 24 août 1944 pour assurer l’entrée de la 2 DB avec du matériel nord-américain commandé par le général français Leclerc. Ce fait a été pratiquement passé sous silence entre 1944 et 2014.

Un groupe de camarades de l’association "24 AOÛT 1944" s’est donné pour tache reprendre cette date et la replacer dans son contexte anarchosyndicaliste et antifasciste, avec ses conséquences jusqu’à nos jours ; organiser des entretiens dans le cadre scolaire, des débats, des expositions, des projections, etc., pour que la mémoire historique soit conservée intacte, sans manipulations capitalistes, léninistes et chauvines.

Ce dévouement envers la mémoire historique demande du temps et un budget minimum, au-delà des aides personnelles et généreuses. Différentes entités officielles françaises collaborent depuis 2014 sans imposer jusqu’à présent d’entraves directes ou indirectes.

En 2019, une partie des membres de l’association « 24 AOÛT 1944 » a signé un accord avec le gouvernement espagnol pour effectuer des activités en échange d’une importante contribution financière. Cette initiative n’a pas été discutée au préalable, c’est un fait accompli qui a provoqué la rupture entre les membres. De toute évidence, il y avait d’autres raisons polémiques que, jusqu’alors, chacun laissait de côté.

En 2020 et quelques jours avant le 24 août, la rupture est totale. Bien que personne ne m’ait consulté avant fin 2019, ni une partie des signataires ni une partie des opposants (vivre en partie en province et non dans la capitale d’un pays centralisé c’est être presque en exil), je suis solidaire des opposants et ce site leur est ouvert pour continuer le travail qu’ils ont entrepris avec la revue en français Memoria Histórica et sur facebook https://www.facebook.com/24-août-1944-La-Nueve (sans autre mention).

Voir le texte ci-joint : un mot rapide

Frank Mintz 17.08.20

Documents joints