Appel des anarchistes d’Odessa au monde de la délinquance de cette ville

Appel des anarchistes d’Odessa au monde de la délinquance de cette ville

samedi 4 février 2006, par anars Odessa

Un rapport évident avec le congrès de Nabat de 1918.

Appel des anarchistes d’Odessa au monde de la délinquance de cette ville

(1919)

Au voleurs et aux cambrioleurs !

Le soviet de la Fédération des anarchistes d’Odessa s’adresse à vous avec une demande et un avertissement. Nous vous considérons comme le produit des maudites conditions du régime d’exploitation et de violence, créées par la bourgeoisie et qui demeurent pour le moment uniquement avec les bandes payées par les officiers des gardes blancs avec les baïonnettes étrangères.

Si la bourgeoisie souffre de votre activité, tant pis pour elle. Elle récolte ce qu’elle même a semé, et notre affaire n’est pas de la protéger.

Dans la nouvelle société communiste, dans le combat pour la créer auquel nous appelons à participer le prolétariat de Russie et du monde entier, tout sera à tous, il n’y aura pas de propriété privée, il n’y aura pas ni riches ni pauvres, il n’y aura pas alors de place pour les vols et les cambriolages.

Dans notre lutte contre le capitalisme et le pouvoir, qui dure depuis des années, les meilleurs enfants, les plus précieux de notre classe des désherités et des explotés ont mis leurs têtes dans les neufs coulants et sur le billot, et maintenant les poteaux d’exécution.

Au nom de la sainte tâche de la libération des travailleurs, pour laquelle sont tombés et tombent nos camarades, par la main du bourreau dans la fleur de leurs forces et de leur santé, le soviet de la Fédération des anarchistes propose que tous cessent immédiatement les forfaits honteux, qui ont eu lieu dernièrement dans vos rangs, qu’on arrête d’abuser de la mémoire des héros révolutionnaires, et de demander de l’argent au nom des anarchistes.

En même temps le soviet de la Fédération des anarchistes avertit ceux d’entre vous, ceux qui n’ont plus rien à respecter, ceux qui ne réagissent plus aux appels des ouvriers et des révolutionnaires ; ceux qui continueront à faire du rackets au moyen du nom de l’anarchisme qu’ils ne sont plus pour nous que des parasites, des bourgeois, qui ne se soucient que d’une chose, se remplir les poches encore plus. Ceux la nous les avertissons pour la dernière fois que la démonstration de l’abus de notre nom signifiera pour eux être fusillé sur place par nous.

Fédération des anarchistes d’Odessa

Publié dans Shtirboul Anarkhiskoe dvijenie v period krizisa rossiskoy tsivilizisatstii (konets XIX - 1 tchervert XX vv) [Le mouvement anarchiste dans la période de crise de la civilisation russe (fin du XIX et premier quart du XX)],Omsk, Université pédagogique d’État, 1998, p. 49.