Argentine info n° 22

lundi 2 avril 2007, par frank

Argentine info n°22
(Fin de rédaction 01.04.07)

BUTs de ce bulletin :

- donner des infos directes, de la base, sur le mouvement des piqueteros, les précaires et les chômeurs.

- connaître les effets du néo libéralisme à partir d’un pays qui a vingt ans d’avance sur l’Europe occidentale puisque (par une série de phénomènes balkaniques et de colonisation soviétique en partie expliqués sur ce site, voir « Bulgarie 25 = 100) une partie de l’Europe est assez proche des conditions capitalistes de l’Argentine actuelle - la Bulgarie, la Roumanie -.

- voir et analyser sans d’oeillère conseilliste ou d’une quelconque religion antisyndicale et idolatrice d’une spontanéité apolitique qui tombe souvent dans les manies d’une stratégie révolutionnaire planétaire digne du marxisme révolutionnaire le plus classique.

- échapper - parce que cela n’existe pas pour les piqueteros - aux visions intellectuelles de cette même stratégie militaire appliquée à une prétendue Amérique Latine de gauche du Venezuela à l’Argentine, dont le seul point commun est d’être une bonne base pour faire fructifier quelques millions d’euros (des lecteurs seront-ils concernés ?) et utiliser de temps en temps un vague anti Etats-Unis de façade tout en maintenant des liens privilégiés avec des multinationales européennes. (Ce serait aussi vain que de se réjouir de l’utilisation de l’esperanto par le Vatican, signe de sa conversation à l’anarchisme ?)

- informer des liens qui se tissent, lentement et faiblement, entre les exploités de plusieurs pays proches de l’Argentine (voir dans les bulletins précédents une motion de la rencontre de février 2006 à Montevideo).

Pour un panorama synthétique et les problèmes actuels du pays, voir le sommaire du bulletin n° 15 (01.09.06, pour un plan socio-économique détaillé, voir le N° 4).

Il existe dans tous les bulletins publiés une complicité de Maria Esther Tello.

Contenu

1) Disparitions passées et actuelles

1 - 1 Un référent du MTD [mouvement de travailleurs chômeurs]- Frente Popular Darío Santillán enlevé,

1 - 2 User et abuser de la mémoire

1 - 3 Récupération d’identité d’un jeune

1 - 4 Silence et imposition du silence

1 - 5 Un message hors des sentiers battus

2) Société et lueurs de conscience

2 - 1 Un pédagogue qui pense

2 - 2 Film : La dignité du peuple

2 - 3 ”Les Malvinas sont argentines et l’Argentine aussi”

1) Disparitions passées et actuelles

1 - 1 Un référent du MTD [mouvement de travailleurs chômeurs]- Frente Popular Darío Santillán enlevé, interrogé et victime d’un simulacre d’exécution. Il a été libéré après 7 heures de captivité. [Communiqué reçu le 6 mars du Frente Popular Darío Santillán]

Le vendredi 2 mars, alors qu’il se rendait à une réunion de délégués du MTD
- Frente Popular Darío Santillán dans le quartier de Constitución, à Buenos Aires, Carlos Leiva, du MTD de Lanús, a été enlevé peu après midi à quelques centaines de mètres de notre local auquel il se rendait, par trois personnes qui l’ont monté de force dans une voiture modèle Polo gris sombre avec des verres polarisées. Les ravisseurs l’ont enfermé dans un hangar qui semble être un atelier abandonné. Attaché à une chaise et interrogé sur ses activités politiques, sur les « chefs » de son organisation et les "responsables" des mobilisations, on lui a demandé "s’il voulait être un guérillero, s’il voulait que sa tête apparaisse sur une banderole comme celle de Santillán [abattu par la police par balles réelles en juin 2002 lors d’une manifestation pacifique]", en référence au jeune militant assassiné à la gare d’Avellaneda, camarade de militantisme de Carlos. Pendant l’interrogatoire les ravisseurs ont montré être au courant de ses faits et gestes des derniers jours. Carlos a indiqué, après sa libération, que les kidnappeurs étaient des gens bien préparés qui faisaient et recevaient constamment des appels téléphoniques où ils parlaient de la situation du kidnappé. Il n’a pas été frappé physiquement, même si après un long interrogatoire et vu le manque de réponses, un des ravisseurs l’a forcé à s’agenouiller en lui disant "tu vas être le deuxième disparu. Un type dit qu’on doit te liquider, c’est parti" et a appuyé à plusieurs reprises sur la gâchette d’une arme non chargée pointée sur sa tête. Après environ sept heures durant lesquelles les mêmes scènes se sont répétées, Carlos fut embarqué dans une voiture et au bout de quelques minutes jeté du véhicule près de villa 21 de Barracas. Peu de temps après il a été assisté par des personnes de cet endroit, et Carlos a demandé de l’aide pour revenir à Lanús. Comme il allait vers l’arrêt d’autobus, un policier de la circulation a remarqué son état hébété, lui a demandé ce qui lui arrivait, et lui a proposé de l’accompagner pour déposer une plainte au commissariat n° 30, ce que Carlos a accepté. La plainte y a faite en soirée.

En tant que MTD- Frente Popular Darío Santillán, tout en partageant l’analyse de Carlos Leiva, nous considérons ce fait comme relié à l’incident de la dernière mobilisation
à la gare d’Avellaneda le lundi 26 février [2007] où des policiers en civil étaient infiltrés dans la colonne de notre organisation. Comme tous les 26 de chaque mois, nous nous mobilisons à cet endroit en souvenir de Darío et de Maxi pour réclamer un procès contre les responsables politiques de leurs assassinats. C’est à cette occasion que des camarades de notre mouvement ont identifié deux individus vus à d’autres moments dans les rangs de la police, habillés en civil, présentes dans la mobilisation et s’approchant avec insistance de la tête de la colonne où les décisions sont prises. Lorsqu’ils ont été repérés, on leur a demandé de déclarer leur identité, ce à quoi ils ont répondu avec insolence et des menaces tout en s’éloignant de la mobilisation. Notre camarade Carlos était un de ceux qui discutaient avec ces personnes, "services de renseignement généraux", pour les obliger à s’en aller.

Pendant son arrestation, à un moment à visage découvert, un des ravisseurs lui a demandé de lever les yeux vers lui : "Tu sais qui je suis, ne fais pas le con, regarde-moi, tu me connais maintenant ?" CET INCIDENT N’EST PAS UN FAIT ISOLE. Alors que le ministre de l’Intérieur Aníbal Fernández se vante de pas envoyer de policiers armés dans les manifestations, il est devenu, en revanche, habituel, d’avoir des agents en civil infiltrés, des diverses forces de sécurité et des services de renseignement généraux, dans le but d’identifier les référents des organisations populaires dans les différentes actions de protestation, de faire peur et, comme s’est arrivé à plusieurs reprises comme les troubles devant l’hôtel de ville, de déclancher des situations faisant intervenir la répression et des arrestations de militants populaires. En particulier les protestations à Avellaneda et sur le Puente Pueyrredón ont montré à l’évidence ces grossières manœuvres des services de renseignement généraux et la provocation qui font partie du plan du ministre Aníbal Fernández pour "dégager le pont Pueyrredón des manifestations de piqueteros", avec des troupes de la gendarmerie et des services de renseignement généraux. Dans ce cas la situation atteint une plus grande gravité institutionnelle : ces services de renseignement généraux démontrent une capacité de décision et leur impunité pour enlever, interroger et faire des simulacres d’exécution d’individus, en reprenant les méthodes de la Triple A [Peron 1973-1975], en jouissant de zones libérées en plein dans la capitale, situations que le gouvernement insiste pour considérer comme des faits du passé, mais qui se répètent actuellement et avec comme protagonistes des forces qu’il devrait contrôler.

Bien sûr la méthodologie de cet nouvel acte ne s’explique que par l’impunité dont jouissent les ravisseurs de Julio López [enlevé le 18 septembre 2006], qui n’est toujours pas localisé, et la grotesque impunité de ceux qui ont enlevé le camarade Luis Gerez [fin décembre 2006], cas pour lequel le gouvernement a insinué qu’il savait tout, mais qui a finalement fini par être entouré d’un puissant manteau d’impunité. Cette même impunité apparaît dans le manque d’éclaircissements pour la douzaine de menaces qui pèsent sur des militants d’organismes de droits de l’homme comme le groupe HIJOS de La Plata et d’autres.

Carlos Leiva, de 34 ans, est le principal référent social du quartier La Fe, où il vit depuis sa naissance. Il travaille dans une boulangerie communautaire du Mouvement et il est délégué du MTD du Frente Popular Darío Santillán depuis 6 ans. Son attitude engagée l’a conduit à être protagoniste aussi bien dans la gestion institutionnelles que dans des
difficiles entrevues avec le maire de Lanús monsieur Quindimil, que dans des mobilisations, et également le 26 juin 2002 où il faisait partie des blessés par la répression dirigeait par
Fanchiotti [chef des flics ayant tué Darío et Maxi]. C’est pour cette raison qu’il était témoin, et qu’il est plaignant du procès en cours sur le plan fédéral pour enquêter sur les responsabilités politiques du massacre d’Avellaneda, qui vise l’ex président Duhalde et le député actuel Juan José Álvarez parmi d’autres.

En tant que Frente Popular Darío Santillán nous disons clairement que ces actions, loin de parvenir à leur objectif de semer la peur dans les organisations populaires et de désarticuler les luttes pour un futur meilleur, vont nous donner davantage de forces pour continuer à lutter. Carlos Leiva tout comme nous, ses camarades hommes et femmes, nous sommes déjà passés par une série de menaces après la répression de « Puente Pueyrredón” en 2002, et malgré cela nous sommes allés de l’avant avec un procès qui a permis d’infliger des condamnations exemplaires aux assassins. Maintenant, nous allons restés fermes sur la dénonciation des groupes de répression et de renseignement généraux qui s’opposent au peuple, et pour lutter chaque jour pour un pays de justice et d’égalité.

De même nous faisons savoir que dès que le pouvoir judiciaire commencera à agir, avec maître Pandolfi qui défend Carlos Leiva, nous déposerons plainte afin d’accélérer l’enquête.

Face à ce fait très grave, qui à notre avis peut être en liaison avec la provocation du personnel d’agences de sécurité s’étant infiltré dans la mobilisation du 26 janvier dernier, nous exigeons du gouvernement national l’identification des agents en civil impliqués dans la dite mobilisation ; et en même temps nous exigeons que cessent ces actions illégales de la part des agences de sécurité de l’Etat.

Procès et châtiment de tous les répresseurs d’hier et d’aujourd’hui !

Apparition en vie maintenant de Julio López !

Eclaircissement de toutes les intimidations et des menaces contre les militants populaires

TRAVAIL, DIGNITE ET CHANGEMENT SOCIAL

[Note du traducteur Frank, CNT 91, ces informations concordent avec l’article publié dans le quotidien - proche et parfois critique du gouvernement - "Página 12" (04.03.07). Mais deux détails sont intéressants et les voici :

“Ses ravisseurs seraient au moins cinq. Trois dans la voiture et deux autres dans le hangar. Leiva a affirmé pouvoir en reconnaître un, lié à l’épisode antérieur [la mobilisation [...] L’avocat Claudio Pandolfi a indiqué que la plainte “a été déposée au commissariat où se trouvait Carlos lors de sa libération. Maintenant le dossier va être transmis au tribunal et elle y arrivera lundi, et alors nous nous présenterons avec mon collègue Rodolfo Yansón pour demander à ce que l’enquête soit confiée à la justice fédérale, puisqu’il s’agit d’un enlèvement et que l’objectif n’était pas économique mais politique”.]

Pour plus d’information : 15-5489-1374
MTD Lanús - Frente Popular Darío Santillán - Pablo Solana

NOUS FAISONS PARTIE DU “FRENTE POPULAR DARÍO SANTILLÁN” :
Buenos Aires et sa banlieue :
MUP de Quilmes, Fcio. Varela, Alte. Brown y La Matanza,
MTD Lanús, MRV 26 de junio, MTD Lomas, MTD "Darío Santillán" Alte. Brown,
Centro Popular Agustín Tosco, MTD "La Verdad" de Guernica, Coop. de Trab.
Rurales de San Vicente, Coop. de Trab. Solidarios, FTC de Ezeiza, MTD de
Ezeiza, MTD "Javier Barrionuevo" de E. Echeverría, MTD La Cañada, CTD
"Trabajo y Dignidad" de Fcio. Varela, Agrup. de trabajadores "Herramienta"
de Ezeiza, Mov. de Trabajadores Comunitarios de Luján. La Plata- Berisso-
Ensenada : MUP de La Plata y Verónica, MTD de La Plata, MTD de Berisso, COPA
La Plata (AULE, Cambium, MUECE, El pelo de Einstein, Minga, Idea),

Red de Comercio Justo, Grupos educativo-infantil Juanito Laguna y Tiburones y
Mojarritas, Agrup. de trabajadores "La Fragua". Rosario : Frente Santiago
Pampillón - El Grito, CTD "Aníbal Verón". Capital Federal : MTD "Darío
Santillán", MTD Lugano, Centro Cultural Tupac Amaru, Agrupación Territorial
Compañeros. Tucumán : Coord. de Organizaciones Barriales Autónomas. Mar del
Plata : Mov. Universitario de Base "Darío Santillán", Solidaridad
Antimperialista Latinoamericana. Rio Negro : MTD "Darío Santillán" de
Cipolletti. Formosa : MUP de Ibarreta

1 - 2 User et abuser de la mémoire 24 mars 2007 [31 anniversaire du coup d’état militaire argentin] Claudia Korol (Indymedia, 25.03.07) Un texte argentin fort à propos pour ce qui va suivre ensuite.

Il y a ceux qui prétendent parquer la mémoire dans un tiroir caisse [corralito]. Le “corralito” était le mécanisme choisi par le pouvoir, lors de cette lointaine année 2001, pour geler les avoirs déposés dans le système financier. Maintenant, c’est également le pouvoir qui réutilise ce système pour geler l’accumulation de rébellions que contient la mémoire. Les grilles déterminent quand, combien et comment se rappeler. De qui se souvenir et qui oublier. Quelles victimes et quels parents de ces victimes seront récompensés par la mémoire officielle, et qui seront les oubliées ou ceux traités de sinistres, s’ils insistent pour prendre parti en faveur du corps social, où continue à battre un coeur subversif.

Il y a ceux qui prétendent parquer la mémoire jusqu’à la domestiquer. Pour qu’elle regarde en arrière, mais pas trop ... et qu’elle ne regarde pas non plus vers le présent. Qu’elle pleure les disparus et fassent disparaître ses rêves, qu’elle les dilue - c’est une façon de faire disparaître -. Qu’elle les dissolve dans des illusions light d’amélioration cosmétique de la domination.

Il y a ceux qui séquestrent la mémoire dans les bureaux du pouvoir. Ceux qui négocient la mémoire, en faisant passer du toc comme de l’or et l’anti impérialisme comme des paiements ponctuels au FMI.

Il y a ceux qui frelatent la mémoire. Ce sont les champions des droits de l’homme, qui n’entrent pas dans le parlement pour déroger les grâces [accordées aux génocidaire] ... parce qu’ils préparent des discours appris de mémoire, jusqu’à les user.

Il y a ceux qui placent la mémoire à un taux fixe. Qui disent : nous allons jusqu’à ce niveau. Au-delà, les intérêts sont inférieurs à l’attente.

Il y a ceux qui arnaquent la mémoire en offrant des hommages aux résistances du passé, et qui regarde de l’autre côté lorsque les revendications ouvrières ou populaires se multiplient de Santa Cruz à Salta [du sud au nord], sans réponse, ou pire, en considérant comme réponse les menaces, la persécution et la répression.

Il y a ceux qui découpent la mémoire jusqu’à la rendre inoffensive. Une mémoire transgénique, incapable de fertiliser la terre arrosée par ceux qui n’avaient jamais accepté d’appeler leur utopie « capitalisme sérieux ».

Il y a ceux qui placent la mémoire dans un vase, pour décorer les ambitions personnelles et dissimuler leurs corruptions systématiques.

Mais il est également l’autre mémoire, qui ne plie pas, qu’on ne peut aliéner dans les fauteuils des bureaux officiels. La mémoire qui considère que la seule façon d’apparaître vis-à-vis les disparus, c’est de continuer à lutter pour la liberté. C’est multiplier les batailles pour l’emploi, pour le salaire, pour l’éducation, pour éliminer la violence contre les femmes, pour la terre, pour l’eau, pour les biens de la nature, pour la vie.

C’est la mémoire qui nomme les utopies avec les noms des émancipations qui nous manquent. L’émancipation face à exploitation capitaliste, elle l’appelle socialisme. L’émancipation face à la domination patriarcale, elle l’appelle féminisme. L’émancipation face à l’oppression des cultures originaires de nos peuples, elle l’appelle identité. L’émancipation face à la destruction de la nature et de l’humanité, elle l’appelle anti-impérialisme. L’émancipation des liens reproduisant l’obéissance, disciplinant les corps et les sentiments, domestiquant les passions jusqu’à les faire disparaître, elle l’appelle encore la révolution. C’est la révolution qui fait de la vie quotidienne le lieu privilégié de la rébellion. C’est la révolution qui attaque la routine quotidienne. C’est la révolution qui pétrit en même temps les résistances et les projets, la poésie et les actes. C’est elle qui se relève après toutes les défaites, et qui s’asseoit pour coudre les lambeaux des drapeaux déchirés. Non pas pour les garder dans un musée des mémoires immaculées, mais pour repartir avec à la bataille.

1- 3 ”Récupération d’identité d’un jeune dont s’était approprié le tortionnaire Bianco” Victoria Ginzberg (“Página 12”, 21.02.07)

En 1985, les grand-mères de place de Mai avaient dénoncé le Médicis militaire
Norberto Bianco, qui s’était en fui au Paraguay, avec une condamnation à 12 ans de prison. Mais les parents biologiques de Pablo et de Carolina, les deux enfants élevés par le tortionnaire, demeuraient inconnus. Pablo, 29 ans aujourd’hui, a accepté de faire l’analyse d’ADN et il apparaît qu’il est le fils de Norma Tato et de Jorge Carlos Casariego, enlevés en avril 1977. Un détail intéressant et révélateur du fonctionnement de la « Justice » argentine, le coupable de la séquestration « n’est pas resté longtemps derrière les barreaux,, car la justice a calculé comme temps de détention les dix ans passées au Paraguay [en partie sous la dictature d’ Alfredo Stroessner - tandis qu’on attendait son extradition- une légère arrestation domiciliaire, où il s’était enfui. » ; mieux « En 2001, la Cámara Federal de San Martín a considéré que le délit de suppression d’état civil et de l’identité de Pablo et Carolina était prescrit. » Bianco est également accusé de la séquestration de 35 bébés qui étaient sous son contrôle.

Les grand-mères ne sont pas résignés, ont contacté les enfants au Paraguay et Pablo a fait son analyse en octobre 2002, en novembre 2006, l’avocat des Grand-mères a demandé que la Cour répète l’analyse qui confirme la précédente. On ne sait toujours pas l’identité réelle de Carolina.

1 - 4 Silence et imposition du silence
A La Plata, il y a eu des incidents et des huées contre Solá [gouverneur de la province de Buenos Aires, quelques 22 millions d’habitants] durant un hommage à un célèbre journaliste [à juste titre, parce que « montonero » - péroniste de gauche - et critique de son état-major] Rodolfo Walsh, pour les 30 ans de sa disparition, à cause de l’absence de réponse pour locales du nouveau disparu Jorge Julio López. Des coups violents ont été échangés (Informations locales, 26.03.07).

Une vingtaine de membres du mouvement “Justicia Ya ! » [Justice maintenant !] et familiares de víctima de Gatillo Fácil [membres des familles des victimes de la gâchette facile] sont intervenus et ont été agressés par des militants du Movimiento Evita, des piqueteros subventionné par le gouvernement du président Kirchner. Leur leader, Emilio Pérsico, est vice chef de cabinet du gouverneur est également un bras droit du Président.

Un communiqué de HIJOS du 27 mars 2007, diffusé par ANRed, précise : « On nous a expulsé de cette manifestation par la pression physique et les insultes, dans un climat de violence suscitée par eux [les membres du groupe Movimiento Evita et un groupe d’étudiants de journalisme de Mancha de Tinta], sans que le gouverneur s’y oppose et qu’il présente même ses excuses. » La fin du texte indique en majuscules « 31 ans après le putsch génocidaire et six mois après la disparition Jorge Julio López, refus de l’impunité, de la famine et du pillage. 30 000 raisons pour continuer à lutter ! Apparition en vie maintenant de Jorge Julio López »

Le communiqué est signé par plusieurs organisations : HIJOS La Plata, Guadalupe Godoy, Liga Argentina por los Derechos del Hombre [ligue argentine des droits de l’homme], Nilda Eloy, Asociación de Ex Detenidos Desaparecidos [association des ex détenus disparus], organismes membres de Justicia Ya ! La Plata

1 - 5 Un message hors des sentiers battus M.E.Tello a participé, avec d’autres membres de familles de disparus à l’hommage rendu aux membres de la communauté scolaire du lycée Colegio Nacional de La Plata le 30 mars. Ce lycée compte 94 élèves et enseignants arrêtés et disparus durant la dictature militaire. Des représentants du gouvernement s’étaient associés à cet hommage (le ministre de l’éducation, le secrétaire général de la présidence Oscar Parrilli, la présidente des Grand-mères de la place de Mai [personnes de prestige et manipulateurs non moins efficaces] et étaient présents le président de l’université nationale de La Plata, le secrétaire aux droits de l’homme pour la province de Buenos Aires. [information locale et à partir de Hoy du 31.03.07)

Cet hommage était consacré aux élèves de l’établissement, arrêtés et disparus, les frères Marcelo Rodolfo, Pablo Daniel et Rafael Arnaldo Tello ; Gustavo Rubén Ogando et Pedro Alfredo Disalvo. Leurs familles prirent la parole. Voici la dernière intervention, après les éloges des fonctionnaires au gouvernement Kirchner, les mots prononcés par María Ester Tello pour ses trois fils.

Je remercie M. le directeur du Colegio Nacional qui a pris si généreusement cette initiative et les représentants des autorités officielles ici présents. Je vous remercie tous d’avoir une place à la mémoire collective à mes trois fils. Ces trois combattants du peuple que nous n’avons plus parmi nous de manière visible. Il y a trente et un ans que j’ai commencé à chercher à de mes fils et exiger le justice. J’ai continué ensuite que les deux autres.

Ceux qui ont séquestré, torturé et fait disparaître Daniel, Marcelo et Rafael ne sont toujours pas condamnés pour ses crimes. Et eux, mes enfants, où se trouveraient-ils si ces criminels ne les avaient assassinés ?

Sans aucun doute dans la rue, en combattant encore. Sur les piquets avec ceux qui réclament une vie digne. Dans les manifestations des villages qui défendent leurs territoires aliénés.

Dans les grèves des enseignants ... Et auparavant sur le Puente Pueyrredón avec Darío et Maxi [voir 1- 1]. Pour la mémoire de ceux qui sont tombés des 19 et 20 décembre 2001. Avec les adolescents victimes de l’échec facile, avec les exclus du système capitaliste et avec la presse indépendante. Et avec nous qui réclamons encore

Le jour où les génocidaires seront condamnés, incarcéré avec les conditions pénales qu’ils méritent, nous pouvons remercier Daniel, Marcelo et Rafael ne vous avoir inspiré cette exigence de justice, en disant comme ils l’auraient fait avec les paroles de Buenaventura Durruti, ce rempart de la Révolution espagnole : « Nous portons en nous un univers qui ne finit pas de grandir. »

Merci beaucoup.

Certains ont pleuré, mais les autorités montraient peu d’émotion.

2) Société et lueurs de conscience

2 - 1 Un pédagogue qui pense : le pédagogue Daniel Prieto Castillo et la refonte du système éducatif (“Página 12”, 05.02.07)

[...] l’Argentine a d’excellents exemples de bonne éducation à distance, mais on ne peut absolument pas qu’il y a en Argentine une bonne éducation à distance.

_Quelle en est la raison ?

- Voici l’explication. Jusqu’à la fin des années 60 nous avions sans doute le meilleur système de présence [scolaire] en Amérique latine. Il n’y avait donc pas besoin d’une éducation à distance comme c’était le cas dans d’autres pays. L’application d’une politique entraîne également une accumulation d’expériences, de matériel, de méthodologie, de théories qui se soutiennent d’année en année. Dans le cas mexicain par exemple, pour l’éducation à distance, existe depuis plus de 30 ans, c’est que nous n’avons pas. [...]

Ici il y a un vide, il y a des gens qui abandonnent les études et nous ne savons que faire d’eux. Le système n’est pas organisé pour soutenir les élèves qui abandonnent en route. 610 enfants et des jeunes ont des problèmes et abandonnent les études, nous ne pouvons nous en désintéresser. Dans certains pays on parle de « mortalité étudiante » en référence à ceux qui sortent du système scolaire. C’est une expression terrible, mais qui parle des personnes qui, parce qu’elles ne peuvent pas suivre, sont considérées mortes par le système. Quand nous parlons de refonte, nous reconnaissons la nécessité de l’apprentissage pour toute la population pour toujours. Et on ne peut l’improviser. C’est un plan pour plusieurs années.

- Y a-t-il un rapport direct entre pauvreté et éducation ? On dit que si l’éducation ne sert pas à sortir immédiatement de la pauvreté, elle n’en est pas une.

- La réponse à cette question et d’une énorme complexité. Le ministre de l’éducation, Daniel Filmus, a dit récemment ici à Mendoza que, en plus d’enlever les poux et de donner du lait aux enfants à l’école, il faut faire de la pédagogie. Je crois que c’est très important et profondément vrai, parce que l’école est tellement débordée que soudain elle commence à apparaître comme un des rares espaces de sociabilité qui reste. Lorsqu’on se propose de faire de la pédagogie, cela suppose que les différentes tâches qu’assument aujourd’hui les enseignants puissent être canalisés dans d’autres directions, afin que l’enseignant puisse se consacrer à faire de la pédagogie dans le plus profond sens du terme. Mais la pratique pédagogique, actuellement dans notre pays, dépasse le cadre de l’établissement scolaire. Comme le disent les amis du mouvement des Sans toit à Santa Fe : celui qui est capable d’enseigner, qu’il soit enseignant. [...] Cela signifie qu’il y ait des outils très valables, beaucoup de choses à utiliser, mais le problème consiste à que peut-on en faire en fonction de l’apprentissage. C’est la question numéro un, est aussi que faire pour être dans un réseau. Le toujours exempte de la médiathèque digitale des Mexicains, avec des milliers d’heures enregistrées, digitalisés en vidéo, une accumulation faite durant plus de 30 ans. Ils peuvent avoir une forte implication dans un réseau parce qu’ils ont travaillé fortement avec une politique dirigée vers des domaines non officiels et informels.

2 - 2 Film : La dignité du peuple [la dignidad de los nadies, c’est-à-dire la dignité des anonymes]

"Pino" (surnom, grand comme un pin) Ezequiel Solanas montre la constance son engagement sincère auprès des perdants, des anonymes, de cette Argentine "conçue pour vingt millions d’habitants" (propos en privé en avril 2006 d’un membre du gouvernement) et qui en a donc dit huit millions en trop.

C’est un récit tranquille sur des luttes minuscules et patientes. Le motard livreur écrivain, allant manifester pour une fois en décembre 2001 et recevant une balle dans le crâne, arrêt cardiaque et sauver par un manifestant et leur amitié. Toba, enseignant, militant dans les années 1970 (on comprend contre la dictature militaire), cinq heures de transport quotidien et bénévole chez lui, dans cet espace répétitif de terrains couverts de bidonvilles, sans infrastructures élémentaires, avec des rues bourbiers à chaque orage, dans une cantine improvisée pour les enfants tous les week-ends. Les autres jours ces enfants mangent à l’école (comprendre une fois par jour) et les samedis et les dimanches, ils ont faim.

Le couple de chiffonniers, Colinche avec ses dizaines de fille, qui survivent chichement. Lucy, la petite propriétaire de Patagonie, qui a lancé un mouvement pour bloquer les ventes aux enchères de propriétés abusivement confisquées, à grand coup de chants de l’hymne nationale et la présence solidaire de nombreuses personnes. Claudia, la copine de Darío Santillán, [assassiné en juin 2002 lors d’une manifestation à Buenos Aires par la police,avec Maxi, Maximiliano Kosteki] et vivant dans le même bidonville. Le réalisateur nous a épargné le moment filmé par plusieurs caméramans où les flics lèvent les jambes des deux blessés pour accélérer l’hémorragie et être certains que les services médicaux ne pourront les réanimer, une bonne formation technique due aux génocidaires de la dictature 1976-1983, mais avec la formation de l’armée française en Algérie grâce au général Aussaresse et autres tortionnaires envoyés par le gouvernement français.

Pas de rage, même chez les deux employées d’un hôpital public bondé de malades, dont les cadres supérieurs se remplissent les poches sur le budget de l’établissement (sans être jamais poursuivis), les délais sont longs, des patients dorment dans les couloirs (parce qu’ils habitent loin), un homme y vit depuis deux ans, trop las pour aller ailleurs. Pas de tristesse non plus pour reconnaître qu’elles paient parfois des médicaments pour les malades, vu l’absence de moyens.

Et Solanas égrène les paiements de tous les gouvernants passés et actuels de paiement de pseudo dettes au FMI, de mesures de renforcements des grandes entreprises privées. On sent son côté péroniste de gauche déçu dans la constatation que du "que tous s’en aillent" des assemblées de base de 2002 on soit passé aux élections politiques des tous sont restés. Le message demeure que les "nadies", les inconnus au ras des ordures, pensent et agissent en dehors du néo libéralisme, le capitalisme pur et dur.

2 - 3 ”Les Malvinas sont argentines et l’Argentine aussi” Adolfo Pérez Esquivel, Prix Nobel de la Paix 1982, en pleine dictature, architecte et écrivain. (www.aporrea.org: 19.02.07)

Le temps passe, les blessures et les problèmes ne sont pas résolus. Le 2 avril nous allons célébrer les 25 ans de la prise par les forces armées argentines des îles Malvines ; ce saut dans le vide avait pour base la revendication historique du peuple de récupérer les îles de la Grande Bretagne et que les dictateurs ont voulu manipuler pour consolider leur pouvoir.

De nombreux secteurs sociaux et politiques réagirent au départ euphoriquement et ensuite ce fut l’angoisse, la douleur et la mort de jeunes soldats, victimes de l’incapacité et de l’irresponsabilité de ceux qui avaient conduit le pays à une aventure militaire qui se termina en tragique défaite. [...]

On pourrait à une des centaines de déclarations patriotiques pour le 25 anniversaire de la fin de la guerre contre la Grande Bretagne à 1983. Heureusement certains paragraphes n’ont rien à voir.

Le modèle économique néolibéral imposé pendant la dictature militaire continuait être en vigueur et l’appauvrissement du peuple s’est approfondi en entraînant des conflits. Durant ces années dans les marches de la résistance, une des consignes chantée a été de dénoncer le passé récent et le présent « que sont devenus les disparus ... La dette extérieure, la répression... Qu’est-ce qu’on a fait dans les Malouines ... Pourquoi des jeunes ne sont plus là ? » Nous vivons une étape marquée par le sang et la douleur du peuple et la résistance, pour conserver la mémoire des milliers de disparus, torturés, assassinés, emprisonnés, de nombreux combattants en faveur de la société qui voulaient un autre pays : libre et souverain.
[...]

Les Malouines sont argentines et l’Argentine aussi. Il faut continuer à réclamer le droit sur les îles de l’Atlantique sud et dénoncer et réclamer en même temps auprès du gouvernement national des gouvernements provinciaux qu’on cesse la vente de la Patrie à des entreprises étrangères, en privilégiant les grands intérêts des monopoles économiques internationaux qui ont dans le pays plus de surface de terre que tout le territoire des îles Malouines. De quelle souveraineté parle-t-on ?

En 2006 les évêques argentins ont fait connaître le document “ une terre pour tous”, qui dénonce et met en évidence l’inégalité et la répression dont souffrent les indigènes et les paysans, poussés à vivre dans la pauvreté, les communautés expulsées de leur terre, la destruction de leur habitat, la condamnation à l’inactivité.

Il n’existe pas de loi nationale qui place une limite aux ventes de terre à des étrangers. Le contrôle des latifundia et des monopoles, qui sont les véritables propriétaires du pays en accumulant et en concentrant la richesse dans quelques mains, provoquant l’exclusion et la pauvreté de la majorité du peuple. Il n’existe pas de cadastre des enregistrements des terres provinciales et nationales. Les barbelés suivent des intérêts en place. Le gouvernement ne l’ignore pas, mais il regarde à côté pour cacher sa complicité.

Le pays est en vente au plus offrant et la souveraineté gravement menacée. Nous avons plus le territoire où nous marchons est argentin, s’il reste quelque chose du patrimoine du peuple à lesquelles nos enfants et aux enfants de nos enfants.
.
Les gouvernements provinciaux sont accrochés au pouvoir comme des kystes et agissent selon leurs intérêts, en faisant des inférieurs et en vendant des terres. Ces seigneurs féodaux sont en campagne électorale pour perpétuer leur pouvoir et être réélu pour ne pas perdre leurs affaires. Ils font des ventes de la Puna à la Patagonie ; la Cordillère des Andes aux entreprises minières. Les agences immobilières étrangères ventent aux enchères des terres argentines.

Nous devrions-nous souvenir de Daniel Viglietti [chanteur compositeur uruguayen] et de sa chanson conque “ a desalambrar, a desalambrar [enlevons les barbelés], la terre es tuya, mía, de Juan, María y José...[La guerre t’appartient, elle est à moi, à Jean, Marie et Joseph]. Le peuple voit impuissant comment est appliquée cette politique dévastation et de destruction des forêts naturelles remplacées par une exploitation intensive et irrationnelle, des cultures chimiques touchent l’écosystème, les nappes phréatiques sont en danger de privatisation, avec perte et pollution de l’eau. [...]

Il faut résister en vivant et en récupérant la souveraineté nationale. Empêcher que les vendeurs de patrie continuent à attendre le pays aux capitaux étrangers. Il ne faut pas oublier que les îles Malouines sont argentines et l’Argentine aussi.

C’est le meilleur hommage que nous puissions rendre aux jeunes qui ont lutté et de donner leur vie aux Malouines et pour tous ceux qui ont rêvé d’un monde meilleur est se sont engagés à le réaliser, pour nous-mêmes, nous, des hommes et des femmes qui voulons vivre en paix et en liberté, jamais comme des esclaves.

.

Documents joints