Compte-rendu sur l’édition d’un rapport de décembre 1937 d’Helmut Rudiger

samedi 13 octobre 2007, par frank

Compte-rendu sur l’édition d’un rapport de décembre 1937 d’Helmut Rudiger

Nous avons signalé dans notre dernier n’ le Rapport du secrétariat pour le congrès de l’AIT à Paris, le 7 décembre 1937 de Rudiger. Finalement, le prix est de 27F pour 51 p. dactylographiées. .Les éditeurs, anonymes, ont fait une fixation sur les deux premières lignes :"Ce rapport n’est pas destiné à la publicité. Il doit exclusivement servir à la discussion entre les militants de notre mouvement" auxquelles ils ajoutent en guise de commentaire :"Rendre la honte plus honteuse encore en la livrant à la publicité." De plus, la page de présentation - qui omet d’indiquer la source du document - souligne les parties critiquables et conclut :"Puisse-t-on, afin de mieux connaître le mouvement révolutionnaire espagnol et d’en critiquer la bureaucratisation, publier rapidement beaucoup d’autres documents, y compris les souvenirs des dirigeants anarchistes !"

[Je souhaite le même effort pour éclairer les multiples scissions des groupes conseillistes, du moins en France, note d’octobre 2007]

Afin de répondre au souhait des camarades éditeurs, je leur signale qu’ils auraient pu indiquer brièvement que Rudiger s’installa en Suède après la guerre d’Espagne, qu’il imprimât à la SAC une position de défense armée du monde occidental, et mourût à Madrid en 1964,au moment des contacts entre une partie de la Phalange et un groupe de la CNT Toujours pour faciliter la tâche des éditeurs, je reproduis ci-après les citations qu’ils ont justement mises en valeur dans leur introduction (en indiquant, sauf pour la quatrième comme on le verra, la page de leur brochure où elle se trouve).

"La réalité a détruit une série de concepts trop idéalistes que nous avions sur Les capacités de la classe ouvrière" (p.22) ; "Certains anarchistes croient que la base st toujours révolutionnaire. Ici c’est justement le contraire. "(p.34) ;"Effectivement, destruction de l’Etat et reconstruction sociale doivent être le contenu de la révolution sociale, mais ce changement peut-il se faire si mécaniquement que beaucoup le croyaient ? [...] L’État disparaîtra au moment où une nouvelle forme de vie en commun le rendra superflu."(p.40-41).

Je n’ai pas retrouvé dans le corps du texte la citation suivante, reprise dans l’introduction des éditeurs :"Dans la période actuelle, l’organisation espagnole aurait besoin de milliers de camarades pour les comités, les postes responsables, la direction des (entreprises, les journaux, etc."

On trouve l’ensemble des citations reproduites ci-dessus, dans une brochure intitulée H. Rudiger El anarcosindicalismo en la revolución española (editado por el Comité Nacional de la Confederación Nacional del Trabajo de España. Barcelone 1938) que je cite dans l’édition espagnole de mon livre “ L’Autogestion dans l’Espagne révolutionnaire “ (1977, p - 419, avec la cote d’une bibliothèque d’Amsterdam). La première phrase de l’introduction signée par le CN est : "La brochure que nous présentons aujourd’hui aux militants libertaires ne fut pas écrite par l’auteur, le camarade Rudiger, pour être publiée sous quelque forme que ce soit. [...] La pensée de l’auteur va droit à l’analyse impartiale et à la présentation de déductions, en laissant de côté le style pour donner plus de valeur à la clarté de la description et à la compréhension de l’ensemble du travail.[ ...] Il convient qu’il soit lu et diffusé, dans notre milieu espagnol, mais encore plus à l’étranger, où de nombreux camarades présentent, sous un angle dévié et faux, une vision critiques négative qui nuit davantage à l’anarcho-syndicalisme que les campagnes tendancieuses, de tous les partis bourgeois et marxistes."

[Bel exemple de bilchévisation des hautes sphères cénétistes note d’octobre 2007]

Bien entendu, on constate des différences entre les deux textes : par rapport au français, les 12 premières pages manquent, et les 10 dernières - ou presque- également, mais elles sont moins significatives que les autres qui figurent dans l’édition espagnole pp.13, 27-29, et 32-42. Les citations que nous avons reproduites se trouvent respectivement aux pages 39, 31, 53, 54, du texte espagnol (dont l’ordre de présentation des thèmes est différent). Les éditeurs seront peut-être flattés d’être dans le droit fil des intentions de la CNT en 1938. Si telles n’étaient pas leurs intentions, je les renvoie à mon sous-chapitre sur "Le conseillisme dans l’expérience espagnole"(et les relents de léninisme qui imprègnent certains auteurs).

Personnellement, j’ai toujours considéré ce texte de Rudiger comme une énormité, allant dans le sens d’un parti anarchiste, genre Horacio M. Prieto. Mai 37 et Mars 39 représentent la réponse de la base anarchosyndicaliste et révolutionnaire (je pense aux sans-parti, pas uniquement aux militants du POUM) à la cécité des dirigeants comme Prieto, Vázquez, S.Blanco, etc.

Frank Mintz Chroniques Libertaires, N°7, janvier juin 1988.