La CGT à l’ambassadeur du Maroc en Espagne 06.11.09

vendredi 6 novembre 2009, par CGT-e

La CGT à l’ambassadeur du Maroc en Espagne

Madrid, le 6 novembre 2009

Á l’attention de Monsieur. Omar Azziman, ambassadeur du royaume du Maroc en Espagne

Monsieur l’ambassadeur,

Nous nous adressions à vous pour vous signaler notre inquiétude à cause de la répression que subissent actuellement nos camarades de l’Association de Diplômés au Chômage au Maroc (ANDCM).

Comme vous devez le savoir, sous la consigne “Grève de la faim jusqu’à la mort ou bien du travail”, 7 camarades de l’ANDCM membres de la section de Taroudant appliquent une grève de la faim indéfinie depuis le 19 octobre. La raison qui a incité ces camarades à prendre cette décision est la paralysation des négociations en cours avec les autorités provinciales afin d’obtenir des emplois dans l’administration publique.

En tant qu’affiliés à la Confederación General del Trabajo (CGT) - Confédération générale du travail- en Espagne, nous suivons de près ces événements et nous nous sentons vraiment alarmés par le déroulement de cette situation. Tout d’abord nous ne comprenons pas la cause de la paralysation de pourparlers dont le but est de fournir des emplois à des personnes n’en ayant pas et qui en ont un besoin urgent pour pouvoir survivre, car sans cela ils n’auraient pas pris une mesure aussi déterminée qu’une grève de la faim.

Outre l’attitude n’offrant pas d’issue des autorités provinciales de Taroudant, nous voyons une disposition à la répression de la part de la police. Hier, le 5 novembre, un rassemblement organisé par le comité de soutien aux grévistes a été dispersé par la violence. Le résultat de la répression policière est l’arrestation d’un membre de ce comité de soutien et deux autres membres de l’ANDCM, qui sont en grève de la faim, ont dû être transportés à l’hôpital après des évanouissements.

Nous considérons que ces faits nuisent gravement aux droits fondamentaux inscrits dans de nombreuses conventions internationales signées par la plupart des pays, y compris le Maroc. Par ces comportements les autorités de votre pays nient le droit à un travail digne et par le biais de la répression policière elles empêchent les gens de manifester, de s’exprimer et de s’organiser en toute liberté, ce qui lèse également ces droits fondamentaux.

Au vu de tout ce qui a été exposé, en tant qu’affiliés à la Confederación General del Trabajo (CGT) nous demandons que les justes revendications de l’ANDCM soient satisfaites, c’est-à-dire un travail digne et le droit à exister en tant qu’organisation.

Étant donné cette situation nous vous informons que la CGT soutient l’appel à la solidarité internationale et que apportons notre solidarité aux 7 militants de l’ANDCM en grève de la faim pour la défense de leur droit au travail, tout en protestant contre les méthodes discriminatoires de la sélection des emplois au détriment de la section de l’ANDCM de Taroudant.

Veuillez agréer, Monsieur l’ambassadeur, l’expression de mes meilleurs sentiments.

José Pascual Rubio Cano
Scr. Relaciones Internacionales CGT