Ni pleurs de crocodile, ni silence Solidarité avec le peuple haïtien

samedi 16 janvier 2010, par Gutiérrez D. José Antonio

Ni pleurs de crocodile, ni silence
Solidarité avec le peuple haïtien

La misére frappe encore une fois Haïti. Cette fois, il s’agit d’un violent tremblement de terre qui a dévasté le pays et la tourné en un amas de gravats et de débris. Il reste encore à déterminer le nombre exact de victimes, mais la croix rouge parlent dors et déjà de 3 millions de personnes en détresse et le nombre de morts pourraient atteindre 100.000 - un terrible décompte lorsque l’on sait que la population haïtienne n’est seulement de 8 millions. Les images circulant des survivants écrasés sous les décombres demandant de l’aide, des enfants blessés, des personnes pleurant leur morts nous donne un sens précis de l’étendu de la tragédie, mieux que l’on ne pourrait jamais la raconter.

Durant cette terrible période bien évidemment, nous nous tenons au côté du peuple Haïtien. Nous leur apportons tout notre soutien, leur peine étant notre peine, et depuis ce forum nous appelons nos lecteurs et plus généralement tout le monde affecté par la tragédie à aider Haïti, au travers des organisations humanitaires qui ont lancé un appel, afin d’apporter un soulagement, un secours, et une aide à la population dans ces terribles conditions.

Nous ne pouvons par ailleurs pas nous empêcher de ressentir un dégoût en considérant l’hypocrisie d’une communauté internationale qui encore une fois pleurs des larmes de crocodiles à l’aube de cette « incompréhensible tragédie » (pour emprunter les mots d’Obama) sans reconnaître sa propre part de responsabilité - le séisme a été autant dévastateur car il s’est abattu sur un peuple déjà dévasté par un siècle d’interventions militaires, de pillages éhontés au vue et au sus de tous orchestré par des régimes autocratiques supportés par les États-Unis et la France et par les politiques des institutions financières dont les conséquences ont été la ruine du peuple haïtien au bénéfice d’une élite. Ce pays s’est transformé en un gigantesque « maquila » [ed. ces zones de libre commerce où l’on fabrique entre autres des textiles et des articles de confection, souvent pour le compte de grandes multinationales] où la majorité de la population survit grâce à la charité. Nous ne sommes pas confrontés à une simple catastrophe naturelle, comme les médias voudraient nous le faire croire : c’est la main de l’homme qui est l’auteur principal de cette tragédie. Ce tremblement de terre a simplement terminé le travail commencé par les États-Unis, la France, le Canada, la MINUSTAH (les troupes d’occupation des Nations Unies), le fond monétaire international, les fausses agences de développement comme USAID.

Le peuple haïtien n’a jamais été leur souci premier lorsque ces derniers étaient entraînés dans une spirale frauduleuse de dettes externes acquis sous la dictature de Duvalier, et l’« angoisse » ne les a pas pris à la gorge lorsque le remboursement de cette dette a été exigé de ce pays, appauvri et affamé et ce jusqu’au dernier centime.

Le peuple haïtien n’a jamais été leur souci premier lorsqu’ils ont eu à imposer les programmes d’ajustement structurel dans les années 90 qui ont eu des résultats calamiteux sur la population de même que la réduction des tarifs douaniers pour l’importation des céréales telles que le riz. La conséquence en a été la destruction totale de la paysannerie haïtienne qui a été poussée à rejoindre les bidonvilles de Port-au-Prince, laissant le pays qui était jusqu’alors autosuffisant, mourir de faim comme l’ont montré les émeutes de la faim en avril 2008.

Le peuple haïtien n’a jamais été leur souci premier lorsque les dictatures de Duvalier, de Namphy, d’Avril, de Cedras, et de Latortue (tout ceux qui ont reçu l’approbation de Washington et de Paris) ont violé, mutilé, fait disparaître et massacré des milliers d’haïtiens. Certains d’entre eux vivent aujourd’hui de manière luxueuse à l’étranger tel que Jean-Claude Duvalier en France. D’autres, comme Raoul Cedras au Panama., grâce à l’argent reçu des États-Unis après avoir accepté de se retirer du pouvoir, se sont transformé en homme d’affaire respectable.

Le peuple haïtien n’a jamais été leur souci premier lorsque des milliers d’abus sexuels contre les troupes « civilisationnistes » de la MINUSTAH ont été dénoncé ; troupes qui occupent encore le pays, violent et tuent dans une impunité absolue. La preuve en est le rapatriement de plus d’une centaine de casques bleus sri-lankais en novembre 2007, après avoir été accusés de viol et cela sans même avoir fait face à un simulacre de procès.

Le peuple haïtien n’a jamais été leur souci premier lorsque les « maquilas » ont conduit à une distorsion de l’économie haïtienne, payant des salaires de misères qui permettent à peine de se nourrir alors que des abus de toute sorte prenaient place dans les zone de libre commerce quotidiennement.

La liste des raisons de s’indigner des commentaires peinés de la part de Sarkozy, Obama, Ban-Ki-Moon, Lula est trop longue pour en donner un compte rendu exhaustif. On peut juste dire que plus la population est misérable, plus elle sera frappée durement par les vicissitudes de la nature. Cette misère a été causée par des forces ayant imposé le model social actuel à travers des dictatures et des pressions internationales : si trois personnes sur quatre vivant à Port-au-Prince résident dans des abris de fortune, cabanes, et taudis qui ont émergé de la ruine de l’économie haïtienne (principalement la campagne), peut-on réellement se demander pourquoi le nombre de mort doit se compter en milliers ?

Nous espérons que la solidarité de tous les peuples du monde avec leurs frères haïtiens soient massive. Comme il l’a été dit précédemment, la solidarité est le bras armé de la compassion de chacun. Nous espérons que cette solidarité, de laquelle des milliers de vies dépendent, arrive à destination et ne soit pas prise au piège dans une toile d’ONG et d’agences d’aide. Bien sûr, il y a de nombreuses organisations respectables comme La Croix Rouge qui encore aujourd’hui prodiguent un soulagement immédiat aux populations, mais à côté de celles-ci, nagent des requins qui n’hésiteront pas à faire surface afin de profiter de cette tragédie. Nous nous devons d’être vigilent et le mouvement populaire haïtien doit d’être alerte afin d’être sûr que l’assistance arrive effectivement à ceux qui en ont besoin, et soit distribuée efficacement. Nous espérons également qu’il n’y aura pas une invasion d’ « hommes blancs » amenés par les ONG pour travailler, construire des maisons, alors même que les locaux dont 80% de la population est sans emploi peuvent le faire et devraient le faire eux-mêmes.

Encore une fois, nous en appelons à votre solidarité. Pas seulement à l’aube de cette événement particulièrement tragique qui secoue tous ceux et celles qui ont un cœur qui bat dans leur poitrine, mais la solidarité d’aujourd’hui et de demain, un type de solidarité qui gratte en dessous de la surface de la dévastation pour comprendre les racines profondes de la tragédie haïtienne. Racines, qui sont dans tous les cas plus profondes que ce séisme de 7 degré de magnitude ; en d’autres mots, une solidarité qui nous force à repenser les relations que les grandes puissances ont avec notre région, relations dont Haïti est l’exemple le plus attristant. Cette solidarité devrait nous permettre de questionner le rôle joué par les troupes, dont la majorité de l’effectif provient des pays latino-américains, dans l’occupation militaire d’Haïti. Une occupation qui a eu autant d’effet dévastateur que ce tremblement de terre, quelque chose difficile à nier en dépit des photos de soldats de la MINUSTAH distribuant des paquets de riz aux démunis.

José Antonio Gutiérrez D.
13 Janvier, 2010

Solidarité avec le peuple haïtien, Aujourd’hui et demain !

Traduction : Chloé Saint-Ville

https://www.paypal.com/cgi-bin/webscr?cmd=_donations&bu...Guest

à Miami Workers Center for : MAS 6127 Northwest 7th Avenue Miami, FL 33127-1111

http://miamiautonomyandsolidarity.wordpress.com/2010/01...aiti/